FLUX RSS ASSOCIÉS +
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Votre Article
La Ville intelligente selon Cisco
Date de création : 1|mars |2018

La filiale française de l’entreprise américaine Cisco, basée à Issy-les-Moulineaux, a publié sa vision de la « Smart City », dans un eBook feuilletable sur son site web et déclinée sur son blog.

On y lit que la France compte 25 smart cities, dont plus de la moitié ont moins de 250.000 habitants,  et qu’elles ont pris le virage de l’innovation en commençant à intégrer l’internet des objets, l’intelligence artificielle et le big data pour répondre aux attentes des Français prêts à utiliser les services en ligne.

Pour Cisco, la donnée est centrale dans la mise en œuvre de la ville intelligente. « Elle est au cœur du fonctionnement des villes et des territoires et permet d’inventer la ville servicielle de demain, d’où la nécessité de l’organiser pour le bien-être de tous les citoyens, pour une ville inclusive ». Dans cette perspective, l’opendata est au cœur des enjeux car il permet aux territoires et aux entreprises d’utiliser pleinement le potentiel de leurs données pour en faire de puissants leviers de développement économique et de pilotage de leur activité.

Mais plus encore que la data elle-même, c’est son analyse qui lui donne de la valeur. Elle devient ainsi un outil d’aide à la décision et se révèle nécessaire au bon fonctionnement des services de la ville au quotidien, que ce soit pour l’organisation des transports, des services administratifs, de la gestion des écoles, des maisons de retraite, de la vie culturelle par exemple. La donnée et l’ouverture des données sont des éléments essentiels au pilotage de la transformation de la ville par le numérique.

L’internet des objets tient aussi une place prépondérante : de nombreuses villes comme Aix en Provence, Paris ou Issy-les-Moulineaux avec MonAvisCitoyen.fr privilégient les plateformes participatives en ligne pour donner la parole à leurs habitants et leur permettre d’être en interaction régulière avec leurs administrations locales.  Les expérimentations, comme celles lancées dans le cadre du projet So Mobility, ont permis de mettre en place une connectivité permettant de récolter des données en temps réel via des capteurs pour les places de parking, par exemple.

Le digital pousse, enfin, les collectivités locales à repenser leurs modes d’organisation internes Le réseau déployé doit être pensé et réfléchi dès le début comme un réseau multiservices, mutualisé, présent sur toute la ville et sécurisé. De nouvelles opportunités vont permettre aux villes d’intégrer le numérique :

  • Une meilleure maîtrise de leurs données avec l’arrivée d’échéances réglementaires (RGPD, ouverture des données…) boostant ces chantiers. Le retard des collectivités sur ce sujet implique une forte mobilisation d’ici 2020. Découvrez la synthèse du rapport publié par Cisco sur ce sujet et son article RGPD et collectivités territoriales ;
  • L’optimisation des processus documentaires qui reste une préoccupation, la priorité se recentrant sur la valeur probante des documents numériques ;
  • La relation usager : le digital murît, en intégrant progressivement des fonctionnalités plus avancées. Mobilité, gestion de communautés sociales, analyse de données… qui seront dynamisées d’ici 2020 ;
  • Les acteurs locaux qui se structurent pour porter ensemble leur transition digitale en mutualisant des briques (infrastructures, logiciels, ressources, lieux d’innovation…).

L’approche architecturale de Cisco se base sur l’unification, offrant aux collectivités locales d’exécuter les applications classiques et cloud natives. Cette approche associe l’analytique, la simplicité, l’automatisation et la protection à l’application de politiques cohérentes.

La ville intelligente n’a de sens que si elle est au service des usagers : “Concrètement, la transformation numérique et écologique des villes doit prendre en compte les préoccupations des habitants. La réalisation de l’éco-cité devra donc proposer  des modes de déplacement doux, une proximité plus grande entre les lieux de travail ou encore des circuits de distribution plus courts, etc…” indique ainsi Emmanuel Schneider, directeur en charge de la Ville Intelligente chez Cisco France.

Newsletter