FLUX RSS ASSOCIÉS +
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Votre Article
Retour sur le Festival Futur.e.s avec So Digital
Date de création : 27|juin |2018

L’ancien festival Futur en Seine a laissé la place, cette année, au Festival Futur.e.s dans la grande halle de la Villette, à Paris. Une nouvelle formule qui assume une réduction massive du nombre de start-up invitées par Cap Digital, le pôle de compétitivité qui s’est fixé comme mission de « construire un futur qui nous ressemble ».

70 stands, donc, contre 200 l’an passé, mais une sélection centrée sur six thématiques : les Territoires, Réécrire le vivant, l’Intelligence Artificielle, Art et créativité, Tech et handicap, kids revolution. De quoi aborder les principales questions de notre futur et de découvrir de belles pépites.

Le résultat de la nouvelle formule se fait vite sentir. Dans une configuration moins dense, les stands sont plus visibles, les démos et les espaces destinés aux enfants plus facilement repérables et accessibles. Bref, on respire un peu mieux et le propos n’est pas fondamentalement différent des autres années.

Emmanuel Bavière, Président de la commission numérique de Grand Paris Seine Ouest et conseiller municipal délégué à l’innovation à Boulogne-Billancourt, et Pascal  Vertanessian, maire-adjoint de Vanves, ont arpenté avec l’équipe de So Digital, les allées du Festival Futur.e.s, le 21 juin dernier, en s’arrêtant sur les stands qui avaient suscité leur intérêt.

Petit tour des 5 innovations qui nous ont intéressé :

  • Urban Expé et sa nouvelle application Story Trip

On connait déjà bien Urban Expé, start-up d’Issy-les-Moulineaux, accompagnée par le Booster de So Digital puis par M Combinator de Meudon Valley. Agence d’expériences numériques dans le domaine du tourisme, de la culture et des loisirs innovants et connectés, elle propose une mise en récit numérique pour enchanter vos événements ou pour découvrir le territoire et son patrimoine. Sa nouvelle application,  Story Trip  invite à une découverte dynamique, scénarisée et ludique de contenus historiques et patrimoniaux. C’est une application qui propose des parcours en mobilité afin de découvrir la richesse culturelle et touristique du territoire. Le parcours se synchronise en fonction du déplacement de l’utilisateur, avec une exploration fictionnelle du territoire et des médias correspondant à des vues réelles proches de l’utilisateur. À l’image d’un GPS qui recalcule l’itinéraire lorsque l’on change de trajectoire, chaque déambulation génère un conte unique et personnalisé. En mode « exploration », l’utilisateur choisit les points d’intérêt à regarder. En mode « story », il écoute le récit et peut découvrir à tout moment des contenus à regarder.

  • Augmenteo et ses jeux de piste en réalité virtuelle

Augmenteo, fournisseur de jeux de pistes en réalité augmentée, propose une application mobile grand public et une plateforme Web permettant aux entreprises et organisateurs d’événements dans la culture, ou encore le tourisme, de créer et personnaliser leurs animations. De quoi dynamiser séminaires, lancements de produit, salons professionnels, visites patrimoniales…  Lancée à l’été 2017, la start-up cherche à se renforcer sur le marché des escape games : l’outil peut être utilisé pour rendre l’environnement des salles plus interactif, entre autres. Elle réfléchit également à développer davantage de fonctionnalités pour les jeux de piste en extérieur en faisant en sorte, par exemple, que la pluie déclenche une animation inédite.

  • Linto, l’assistant vocal open source de Linagora

On parle de plus en plus des assistants vocaux qui pénètrent dans nos foyers, les Google Home, Amazon Echo, Apple Home. Selon Forrester, 53% de l’utilisation d’Internet se fera par la voix d’ici à 2020. L’entreprise française Linagora a développé le sien, Linto. Mais, à la différence des autres, il est open source, open hardware (c’est-à-dire ouvert et modifiable à volonté). Il ne partage pas nos données personnelles et utilise des services non commerciaux. Par exemple, au lieu d’aller chercher un itinéraire sur Google Maps, il fait appel à la plateforme Open Street Map.

  • Magic Makers qui conçoit l’intelligence artificielle comme un jeu d’enfants.

Cette start-up initie les enfants à l’intelligence artificielle au moyen d’une mini voiture et leur propose de venir hacker un code déjà créé par de jeunes makers. Les enfants passent trop de temps, passivement, devant leurs ordinateurs, consoles de jeux ou tablettes. Pour rendre cette dépendance utile à leur épanouissement, Magic Makers a trouvé la formule pédagogique « magique ». Sa présidente-fondatrice, Claude Terosier, qui s’est inspirée des travaux du MIT, a imaginé un concept d’atelier d’apprentissage décliné par tranches d’âge de 6 à 15 ans. Ils peuvent créer un site Web, des jeux vidéo, programmer un robot en Lego…

  • Botaki du Mahou Studio, qui reconnecte nos enfants à la nature

Botaki est un jeu, entre réel et virtuel, qui reconnecte les enfants à la nature et leur apprend à jardiner grâce à un kit composé d’une application ludo-éducative, de graines, d’un pot et de la terre et d’un Totem Magique pour communiquer avec les plantes.

Newsletter