FLUX RSS ASSOCIÉS +
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Votre Article
Le Département des Hauts-de-Seine lauréat du Trophée «Meilleur projet Open Data de long terme»
Date de création : 23|novembre |2016

Le Département des Hauts-de-Seine a reçu le Trophée du « Meilleur projet Open Data de long terme » dans le cadre des premiers Trophées de l’Open Data pour les territoires 2016, manifestation organisée par La Gazette des Communes et OpenData France.

Les membres du jury ont particulièrement apprécié l’enrichissement régulier des jeux de données publiés et l’animation des acteurs locaux pour le développement du contenu de l’Open Data sur le territoire des Hauts-de-Seine.

Le Département des Hauts-de-Seine fait partie des premières collectivités territoriales à s’être lancées dans l’Open data, dès 2012. Inaugurée officiellement en janvier 2013, la plateforme d’ouverture des données publiques des Hauts-de-Seine met à disposition de tous, citoyens, entreprises ou partenaires, les données produites dans le cadre de l’activité du Département. Les données diffusées peuvent être réutilisées librement, permettant ainsi la création de nouveaux services. L’objectif est de garantir la transparence de l’action publique en s’inscrivant également dans une logique de développement économique. A l’ouverture, la plateforme Open Data proposait 54 jeux de données, elle compte désormais 125 jeux de données à jour et l’offre de données ne cesse de s’enrichir.

Dès le lancement de la plateforme, le Département a souhaité nouer des partenariats pour promouvoir le développement territorial : la plateforme départementale accueille ainsi les données d’autres acteurs institutionnels du territoire afin de proposer une offre riche et centralisée En 2015, le Département a conclu un premier partenariat avec l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, qui est ainsi devenue la toute première université de France à se lancer dans l’Open Data, et en 2016 avec la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Hauts-de-Seine. Par ailleurs, afin d’offrir un large panel de données de référence relatives au territoire des Hauts-de-Seine, plusieurs jeux de données ont été moissonnés à partir d’autres plateformes Open Data.

Au printemps dernier, le Département avait migré vers un portail développé par la start-up OpenDataSoft, qui gère entre autres les portails des villes de Paris ou d’Issy-les-Moulineaux, de la Région Ile-de-France, de la RATP, ou du STIF. Cela lui a permis d’étendre les fonctionnalités de sa plateforme Opendata. Celle-ci propose ainsi de consulter et télécharger des jeux de données classés en thématiques parmi lesquelles figurent notamment l’environnement, la santé, les transports, les finances, le logement, l’emploi, l’équipement, la contractualisation (par exemple les subventions accordées), l’enseignement et la formation, la culture ou encore l’urbanisme. Pour parcourir et visualiser les données proposées, on peut les afficher sous la forme d’un mur d’images qui fournit une vue synoptique des catégories disponibles. On peut aussi les lister en tableaux ou les afficher sous forme de graphiques ou positionnées sur des cartes. Pour la recherche des données, les fonctions de filtre ont également été étendues.AdTech Ad

Le site opendata.hauts-de-seine.fr a par ailleurs ajouté des formats de données à certaines catégories. Dans la partie environnement par exemple, le jeu « arbres remarquables », en tête des téléchargements du site pour l’instant, comporte maintenant des photos. A chaque jeu sont associées des explications et des métadonnées destinées à faciliter la réutilisation des données.

Depuis le lancement de l’Open data Hauts-de-Seine, la fréquentation de la plateforme et le nombre de téléchargements de données sont en hausse constante. En 2016, l’Open Data a pris un nouvel essor avec la mise en ligne de la collection des Archives de la Planète du Musée Départemental Albert-Kahn. Plus de 30 000 autochromes de ce témoignage photographique unique du monde du début du XXe siècle ont été publiés. Cette première ouverture de fonds culturels numérisés s’est révélée un véritable succès d’audience : 50 000 internautes originaires de plus de 160 pays sont d’ores et déjà venus visionner les images de la collection depuis le 1er juin.

Newsletter