FLUX RSS ASSOCIÉS +
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Votre Article
La reconnaissance faciale de Gemalto (#Meudon) démarre dans les aéroports parisiens
Date de création : 9|juillet |2018

Si vous partez en vacances en avion cet été, vous pourrez peut être gagner du temps en utilisant le nouveau système Parafe, piloté par Gemalto, un des leaders mondiaux de la sécurité informatique. Notamment avec la reconnaissance faciale, qui est entrée en service à Roissy et Orly, le 22 juin dernier. L’objectif des aéroports de Paris, qui occupent la deuxième place du podium européen derrière Londres-Heathrow, avec plus de 65 millions de voyageurs à Roissy Charles de Gaulle et 31 millions à Paris-Orly, est d’éviter les longues files d’attente constatées l’été dernier après le renforcement des mesures de contrôle des passagers (jusqu’à 3 heures à Orly).

Avec le renforcement des effectifs de police (300 policiers supplémentaires), le système Parafe devrait permettre de réduire ces files d’attente. Mais si ADP a repris, fin 2017, le contrôle de la situation avec des temps d’attente inférieurs à 30 minutes pour un vol dans l’espace Schengen et à 45 minutes pour un vol international, les conditions nécessaires pour passer sereinement l’été sont, en revanche, sous pression.

Le groupe Aéroports de Paris avait lancé, il y a deux ans, un appel d’offres pour renouveler et améliorer le système Parafe (Passage automatisé rapide aux frontières extérieures), le système automatisé mis en place en 2009 par  l’ex Safran-Morpho pour le contrôle des passeports biométriques. Il avait alors choisi Gemalto pour équiper, déployer et assurer la maintenance de la nouvelle génération de sas de contrôle automatisés. Basée sur la reconnaissance des empreintes digitales, cette solution a pour but d’augmenter le flux des voyageurs tout en améliorant la qualité perçue. 87 sas de contrôle automatisés sont mis en place à Charles de Gaulle et à Orly.

Les passagers pourront franchir les nouvelles portes, plus rapides, uniquement grâce à leur passeport et à leurs empreintes digitales, et gagner beaucoup de temps aussi bien au départ qu’à l’arrivée. La solution a été pensée pour évoluer de la reconnaissance des empreintes digitales à la reconnaissance faciale. Plus de 40% des voyageurs étrangers et français ​pourraient ainsi utiliser ce nouveau système contre 3 à 4% aujourd’hui pour la reconnaissance des empreintes des seuls passeports français.

10 à 15 secondes par passage

Comment ça marche ? Il suffit de vous présenter devant le sas, de positionner votre passeport sur le lecteur, puis une porte s’ouvre. Vous entrez, regardez la caméra devant vous, puis votre visage est identifié après recoupement avec la photo du passeport. Une flèche verte s’affiche et la seconde porte s’ouvre : vous pouvez embarquer.

« La reconnaissance faciale, c’est 10 à 15 secondes maximum par passage, contre 30 secondes minimum pour la reconnaissance des empreintes digitales, assure ADP. 45 % de nos passagers y sont éligibles, contre 10 % seulement pour la reconnaissance digitale ». Il faut pour cela être majeur, titulaire d’un passeport biométrique et être ressortissant d’un des 28 pays de l’Union européenne, de la Suisse, de l’Islande, de la Norvège ou du Liechtenstein.

Newsletter